Beaucoup d’entre vous se pose encore la question : Un démarreur, ça sert à quoi ? La réponse est simple : Le démarreur est l’un des composants clés du système de démarrage du moteur à combustion interne. En fait, même s’il s’agit d’un petit appareil, il est responsable du démarrage du moteur, en transformant l’énergie électrique de la batterie en un mouvement de rotation qui permet au moteur d’atteindre une vitesse qui fonctionne de façon autonome. Voyons ci-dessous comment il fonctionne et ce qu’il faut faire en cas de panne ou de dysfonctionnement.

Votre automobile ne démarre plus et vous cherchez à identifier le problème. Le garagiste vous indique que le problème vient du démarreur et que celui-ci est à changer.

Cela implique des frais non prévus pour l’entretien de votre voiture et vous cherchez à comprendre comment résoudre ce problème en identifiant bien la pièce, son fonctionnement et son prix. 

Le démarreur est une combinaison de pièces mécaniques et électriques qui sont agencées en hiérarchie afin d’appliquer l’énergie reçue au moteur d’une voiture.  Ses éléments essentiels sont : le solénoïde, l’induit et le pignon, la fourchette.

La composition d’un démarreur ?

 Le démarreur a remplacé la manivelle qui était utilisée pour le démarrage des automobiles du début du vingtième siècle.  

Le démarreur  se compose de trois principaux éléments : un moteur électrique, un solénoïde et un lanceur. 

Le moteur électrique est alimenté par la batterie du véhicule, le démarreur est l’élément qui consomme le plus d’énergie provenant de la batterie. Le moteur électrique est constitué d’une carcasse sur laquelle sont fixés des inducteurs. Il est aussi lié au solénoïde par un second câble.

Le solénoïde joue le rôle d’intermédiaire entre le moteur électrique et la clé de contact. C’est l’action de cette dernière qui permet de l’alimenter.

Le lanceur est le dispositif qui permet d’entraîner le volant moteur. Il comprend une roue libre, d’un pignon denté venant se placer en engrenage sur le volant moteur, et d’une fourchette permettant d’entraîner cet ensemble.

Le Fonctionnement d’un démarreur

 D’un point de vue technique, le démarreur peut être de trois types, selon le type de fonctionnement : électrique, pneumatique et hydraulique

-Le moteur électrique est le plus largement utilisé, car il est présent sur presque tous les moteurs à essence et sur les moteurs diesel de petite et moyenne cylindrée. Il se compose d’un aimant permanent ou d’un moteur électrique à courant continu avec un solénoïde de démarrage. Lorsque le courant électrique provenant de la batterie de la voiture est appliqué au solénoïde (généralement au moyen d’une gâchette commandée par la clé de contact), le solénoïde actionne un levier qui pousse le pignon vers l’extérieur de l’organe de transmission, engageant le premier dans la couronne dentée du volant du moteur. Pendant ce temps, le solénoïde ferme le circuit de haute tension du moteur pour qu’il commence à tourner ; un ressort dans le boîtier du solénoïde tire le pignon hors de la couronne dentée, désengageant le démarreur du moteur.

-Les démarreurs pneumatiques, par contre, sont moins courants ; ils sont surtout installés sur les gros moteurs diesel ou sur les véhicules commerciaux (et aussi sur les turbines à gaz). Le fonctionnement de ce dispositif est très simple : à travers une chambre de pression, une turbine est activée ; cette dernière et grâce à une série de réducteurs, met en mouvement la couronne dentée du volant d’inertie du moteur, d’une manière semblable à un démarreur électrique.

-Le démarreur hydraulique est  fiable au démarrage, sa conception utilise efficacement l’énergie hydraulique pour assurer un contrôle précis et fiable du démarrage du moteur.

Défaillance du démarreur du moteur : symptômes et causes 

La question un démarreur, ça sert à quoi ? N’est plus posée puisqu’il joue un rôle fondamental dans le démarrage du moteur, mais il doit être constamment sous surveillance, à la recherche de symptômes qui pourraient trahir une panne ou un mauvais fonctionnement. Un démarreur défectueux ou défectueux peut être dû à différentes causes. L’un d’entre eux est la batterie faible : dans ce cas, une fois que la clé est tournée à l’intérieur de la commande d’allumage, même si le tableau de bord s’allume, il y a seulement un léger froissement.

Le dysfonctionnement du démarreur peut également être causé par des causes externes. Si, par exemple, la batterie est déchargée ou insuffisamment chargée, il suffit de la remplacer ou de la recharger – selon le cas – pour rétablir toutes les fonctionnalités du démarreur. Si, par contre, le problème ne concerne pas le circuit ou la batterie, il est nécessaire d’intervenir directement sur le démarreur. En général, il est possible de remplacer un seul composant (aimant ou « balais ») sans avoir à faire appel à un électricien pour amener la voiture à l’atelier. Par contre, il ne s’agit pas d’une opération facile pour laquelle il est toujours conseillé de s’adresser à un spécialiste.

Défauts typiques d’un démarreur d’automobile :
– Les connexions du démarreur de l’automobile sont mauvaises.

 -Les balais du démarreur de l’automobile sont HS.

 -Les connexions de la batterie de l’automobile sont mauvaises.
 – Le collecteur du démarreur de l’automobile est HS.
 -Le bobinage du démarreur de l’automobile est à la masse.
– La batterie de l’automobile a une mauvaise masse à la carrosserie.
– La batterie de l’automobile est HS. Voir Chargement de la batterie.
 -La tresse de masse du moteur de l’automobile n’est pas correctement fixée.
– Le solénoïde du démarreur de l’automobile est HS.

 

Un démarreur, ça sert à quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − quinze =